Rennes n'est pas d'attaque

Jeremy Goujon

— 

Rennes grimace sur le plan offensif.
Rennes grimace sur le plan offensif. — P. Minier / Ouest Médias / Sipa

«Messi, on ne pouvait l'avoir que quinze jours.» Cette boutade de Philippe Montanier date de juillet 2013, au cours du premier mercato estival estampillé «Stade Rennais» pour l'entraîneur normand. Lequel récidivera dans l'humour, un mois plus tard, en associant l'Argentin à un autre goleador en série : Cristiano Ronaldo. Même pour deux semaines, le coach du SRFC rêverait certainement, aujourd'hui, d'avoir l'un des deux phénomènes sous sa coupe. Car l'inefficacité offensive de son équipe commence à faire désordre.

Excès d'individualisme


Hormis l'arbre qui cache la forêt, autrement dit le 6-2 infligé à Evian, l'escouade bretonne n'a en effet inscrit que cinq buts en Ligue 1. Une misère, que le résultat nul glané à Metz (0-0), samedi soir, n'a fait qu'accroître. «On a eu de nombreuses possibilités, mais on n'est pas efficaces, surtout dans la dernière passe, observait Montanier. Ça ressemble à nos derniers matchs à l'extérieur.» Comme à Marseille (3-0) et à Bordeaux (2-1), Rennes a dominé, et n'a pas gagné. Une situation qui va jusqu'à agacer un défenseur, en l'occurrence Sylvain Armand. «A l'avenir, il faudra être moins égoïste devant le but et mieux jouer les coups.» L'ancien Parisien fait implicitement référence à l'occasion manquée par Kamil Grosicki (55e). Au lieu de servir en retrait son partenaire, démarqué dans la surface, le Polonais l'a joué en solo, se heurtant alors au gardien messin…

Selon Philippe Montanier, les dix premières journées donnent un aperçu de l'issue printanière. Au rythme où vont les choses, difficile d'imaginer le Stade Rennais conserver son actuel 7e rang au classement des attaques, en mai. A moins d'un miracle nommé Messi ou Ronaldo. On plaisante, bien sûr.

■ Ntep sur le banc

Annoncé comme une possibilité au poste de n°9, Paul-Georges Ntepa finalement débuté sur le banc des remplaçants, à Metz. Entré en jeu à la 72e minute à la place de Grosicki, l'ancien Auxerrois n'a rien montré.