Un mal mais aussi un bien

Jeremy Goujon

— 

Toivonen va être absent longtemps.
Toivonen va être absent longtemps. — P. Minier / Ouest Médias / Sipa

Victime d'une déchirure aux ischio-jambiers, Ola Toivonen fera défaut durant les prochaines semaines. L'absence du Suédois sera-t-elle vraiment préjudiciable au Stade Rennais ? Les spécialistes de «Rouge Mémoire» (site consacré au SRFC) sont partagés sur la question.

Laurent Salvaudon (Canal+). « Toivonen est en roue libre depuis le début de saison. Dans le vestiaire, ils le savent, beaucoup de joueurs en parlent. Son manque d'implication a notamment été criant à Bordeaux. De toute façon, il n'est plus l'élément le plus important. Désormais, c'est Doucouré et Ntep. La saison passée, quand l'équipe manquait d'imagination, la différence individuelle venait de Toivonen. Là, ce n'est pas le cas. En plus, il ne travaille pas beaucoup défensivement Si ça peut permettre à Habibou, qui lui est un vrai n°9, d'exploser, et de pousser Toivonen à jouer juste un cran derrière lui, ce serait profitable. »

Cédric Guillou (France Bleu Armorique). « Un top player, et Toivonen en est un, manquera toujours à une équipe quand il est absent. Après, un bon joueur qui n'est pas spécialement en forme, manquera forcément un peu moins. C'est le cas de Toivonen en ce moment. Sur ses trois ou quatre dernières sorties avec le Stade Rennais, on ne peut pas dire qu'il ait été extrêmement performant. Contre Lens, Hosiner a apporté plus de mobilité, plus de profondeur, soit un profil intéressant pour les hommes de couloir. Pour remplacer Toivonen, je vois plus Hosiner à domicile, et Habibou à l'extérieur, avec sa vitesse et sa puissance en contre. »

Eric Besnard (Canal+). « Son absence sera préjudiciable, parce que Toivonen sait tout faire. Il est à la fois passeur et buteur, c'est un joueur intelligent tactiquement, qui mobilise la défense centrale adverse (pas sûr que ce soit le cas d'Hosiner). Et puis, Toivonen a aussi la hargne. Il sait gueuler quand il le faut, et ça, c'est précieux. Mais ce n'est pas tant ce coup dur que l'animation offensive qui me fait m'interroger. Je sens l'attaque bridée, parfois. J'aimerais voir les attaquants prendre plus d'initiatives, à l'image d'un Ntep qui a un potentiel exceptionnel. Mais en a-t-il le droit ? Quelles sont les consignes de Philippe Montanier ? Je me pose la question…»