La mauvaise histoire belge de Nicolas Mahut

Jeremy Goujon

— 

Nicolas Mahut a de quoi être déçu.
Nicolas Mahut a de quoi être déçu. — B. Langlois / AFP

La « malédiction » continue. Pour la deuxième année de suite, le tenant du titre à l'Open de Rennes a dû s'avouer vaincu en finale. Bourreau de Kenny De Schepper en 2013, Nicolas Mahut a, cette fois, endossé le mauvais rôle, battu par le Belge Steve Darcis en deux petits sets (2-6, 4-6). Supposé plus frais après sa demi-finale tronquée de la veille (lire l'encadré), l'Angevin a surtout été trahi par son service, traditionnel pourvoyeur de points en panne, dimanche.

Darcis, la résurrection


Comme en face, son adversaire ne ratait rien (ou presque), l'affrontement a tourné court, à la grande joie de Darcis (30 ans), ex-n°44 à l'ATP (mai 2008). « J'ai fait mon meilleur match de la semaine. Je reviens de très loin, j'ai travaillé comme un fou pour en être là. Je suis sur la bonne voie, et j'espère être au top début 2015 », jubilait le joueur d'outre-Quiévrain, en référence à son opération de l'épaule droite (octobre 2013). Tombé jusqu'au 483e rang mondial (!) cet été, le finaliste du Challenger de Mons, quelques jours plus tôt (défait par son compatriote David Goffin), espère dorénavant retrouver le Top 100. Un seuil qu'aurait pu refranchir Mahut (102e avant la rencontre), en cas de succès à Colette-Besson. Peu loquace à sa sortie du court, le protégé de Thierry Ascione s'est contenté d'admettre la vérité. « Je n'ai pas été à la hauteur. »

L'Open de Rennes, qui était depuis 2010 la propriété des Français (Gicquel, Benneteau, De Schepper, Mahut) attendra donc pour voir l'un de ses récipiendaires, réaliser le doublé…

■ Un couac pour finir

Enzo Couacaud (19 ans) restera la révélation du tournoi rennais. Le jeune Français (319e à l'ATP) aura notamment fait chuter Robin Haase (n°73), avant d'abandonner en demi-finale face à Mahut (0-3).