OM-Rennes: «Pas sûr qu'il soit aussi bon président que boulanger», dit Bernard Tapie à propos de René Ruello

INTERVIEW L'ancien dirigeant olympien tacle gentiment son ami...

Propos recueillis par Jeremy Goujon

— 

Bernard Tapie estime René Ruello.
Bernard Tapie estime René Ruello. — F. Dufour / AFP

Avant le OM-Rennes de samedi (17 heures), l'ex-président marseillais Bernard Tapie évoque ses rapports amicaux avec l'actuel boss du Stade Rennais, René Ruello.

Vous avez un surnom pour M. Ruello, à savoir « mon p'tit boulanger »…

S'il est aussi bon président de foot qu'il est bon boulanger, ça va profiter à Rennes [René Ruello a fait fortune via la société Panavi, spécialisée dans la production de viennoiseries]. Mais je ne suis pas sûr qu'il soit aussi bon…

Pourquoi dites-vous cela ?

Il m'a épaté en tant que boulanger, domaine dans lequel il a fait une carrière exceptionnelle. Ce n'est pas le cas en tant que président de foot. Il m'a plus épaté dans les croissants que dans les joueurs. Mais ça peut venir !

Vous auriez peut-être des conseils à lui donner, du coup…

Impossible. Chacun a sa manière de faire, et je trouve d'ailleurs que c'est pas mal parti [pour le SRFC].

L'aviez-vous félicité au moment de son retour à Rennes, cet été ?

Je n'en ai pas eu l'occasion. Mais il sait tout le bien que je pense de lui, toute l'amitié que je lui porte. En plus de ça, il est dans un club qui est la fierté de François Pinault, ce qui me fait deux raisons de les supporter.

En tout cas, vous vous êtes déjà croisés dans le monde du foot, notamment avec la fameuse « affaire du jus d'orange » [en 1991, certains Rennais auraient bu du jus d'orange suspect dans leur hôtel, au point de s'endormir avant la rencontre OM-SRFC remportée 5-1 par les Phocéens]…

Moi, je ne bois pas de jus de fruits, et je ne me suis jamais occupé de faire boire des jus de fruits à qui que ce soit.

René Ruello avait quand même porté plainte contre X (sans suite)…

(Agacé) Ça va, ça va… Quand j'ai battu Rennes, je les ai battus parce que j'étais plus fort (sic), pas parce qu'ils ont bu des jus d'orange. Quand on bat Milan, on peut battre Rennes.