Un été pollué aux étangs d'Apigné

Jérôme Gicquel
— 
En attendant de nouvelles analyses, la baignade reste interdite.
En attendant de nouvelles analyses, la baignade reste interdite. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

La météo n'est certes pas très clémente pour une fin d'été. Il n'empêche, la plage des étangs d'Apigné reste désespérément vide ce mardi midi. En cause, la concentration trop élevée dans l'eau de cyanobactéries qui interdit depuis plusieurs jours la baignade et les activités nautiques. Un scénario qui s'est reproduit de nombreuses fois depuis la fin juin avec pas moins de 25 jours d'interdiction de baignade. « Cette saison est épouvantable. Depuis 2009, on avait seulement eu deux jours d'interdiction en 2010 », regrette Alain Jourdren, responsable du service santé et environnement à la ville de Rennes. Avec l'aide de sociétés spécialisées, les services de la ville ont pourtant tenté de limiter la prolifération de ces algues microscopiques (cyanophycées ou algues bleues) au cours de l'été, essayant notamment de les fixer au fond de l'étang en les aspergeant de carbonate de calcium. En vain. La concentration des cyanobactéries restait encore mardi supérieure au seuil réglementaire de 100 000 cellules par millilitre d'eau.

La Vilaine pointée du doigt


« Le début d'été a été assez chaud et cela a pu jouer sur la croissance de ces algues. Il y a aussi eu des débordements importants de la Vilaine cet hiver et cela a dû ramener de l'eau de plus ou moins bonne qualité avec d'autres types d'algues », indique Alain Jourdren pour tenter d'expliquer ce phénomène. Co-gérant de la brasserie les Terrasses d'Apigné, Mathieu n'a pas pour autant pâti de ces interdictions à répétition durant la période estivale. « On a même eu plus du monde que l'an dernier. De toute façon, les gens ne viennent pas forcément aux étangs d'Apigné pour se baigner mais plutôt pour se balader et se relaxer », indique le restaurateur. Sur les bords du plan d'eau, Catherine et ses deux enfants ne semblent pas non plus trop gênés par cette interdiction. « On ne s'est jamais baignés ici. Cela ne me donne pas trop envie, je ne trouve pas cela très sain. Et puis il y a la mer qui n'est pas loin si on veut aller se baigner », témoigne la jeune maman.

■ Surveillance

Si la qualité de l'eau s'améliore, la baignade sera surveillée par des maîtres-nageurs de la ville jusqu'au dimanche 31 août. Ce sera également le cas les samedi 6 et dimanche 7 septembre.