Une hausse des prix en vue

Jérôme Gicquel

— 

Près de 300 000 voyages sont réalisés chaque jour sur le réseau.
Près de 300 000 voyages sont réalisés chaque jour sur le réseau. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Après un gel l'an dernier, le prix du ticket de bus et de métro devrait augmenter à la rentrée de septembre et passer de 1, 40 € à 1, 50 €. Cette décision faisait l'objet d'une délibération débattue jeudi soir lors d'un conseil de Rennes Métropole. Si elle était validée, le prix du ticket grimperait alors de 7, 14 % sur un an. Le carnet de 10 tickets serait aussi concerné par cette hausse des prix, passant de 13 € actuellement à 13, 70 € à la rentrée. « Malgré cette hausse, on reste quand même l'une des grandes agglomérations où le prix du ticket est le moins cher », avance Jean-Jacques Bernard, vice-président de Rennes Métropole en charge des transports.

Une fréquentation stable


Le prix des abonnements restera quant à lui stable, après une augmentation le 1er juillet 2013. « C'est le socle de la fréquentation. 80 % des voyages sur le réseau se font avec un abonnement », poursuit Jean-Jacques Bernard. Majoritaires dans l'assemblée, les socialistes sont loin de faire l'unanimité avec cette décision. Président du groupe écologiste à Rennes Métropole, Morvan Le Gentil évoque ainsi « un mauvais signal envoyé aux habitants de notre agglomération, qu'il nous faut au contraire inciter à l'usage des transports en commun ». Valérie Faucheux, élue du Front de gauche, estime pour sa part que « cette décision aura un effet direct sur la fréquentation des transports publics », précisant qu'elle votera « contre cette augmentation ».

Avec près de 75 millions de voyages enregistrés sur le réseau en 2013, la fréquentation a d'ailleurs très légèrement augmenté (+0, 3 %) par rapport à 2012. Bien loin toutefois des ambitions de Keolis et des élus qui avaient tablé sur une hausse de 4 % l'an dernier.

■ Chronostar

Keolis mettra en service à la rentrée de septembre le Chronostar sur la ligne 4. Les grilles horaires seront supprimées aux arrêts au profit d'un cadencement fixe avec la promesse d'un bus toutes les 8 minutes.