La French Tech passe par Rennes

Camille Allain

— 

Rennes veut s'appuyer sur ses sociétés phares. Ici, Digitaleo.
Rennes veut s'appuyer sur ses sociétés phares. Ici, Digitaleo. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

«On espère être sélectionné en équipe de France pour la Coupe du monde du numérique. » Directrice de la Cantine numérique, Karine Sabatier attend avec impatience de connaître la liste des villes retenues pour intégrer la French Tech. Initié par l'ancienne ministre Fleur Pellerin, ce label veut faire de la France un pays du numérique en s'appuyant sur des métropoles fortes. Ce jeudi, le collectif Rennes Tech organise une soirée* pour appuyer sa candidature. « Nous avons des pépites qui ont un succès phénoménal, mais qui restent discrètes. Il faut s'appuyer sur elles pour faire de Rennes une marque », poursuit Karine Sabatier.

Un jury en visite


D'abord connue pour ses compétences en télécoms, la capitale bretonne veut aujourd'hui faire valoir sa diversité. « Certaines villes sont spécialisées. Notre spécificité ici, c'est d'avoir des gros comptes, des start-up et des écoles qui travaillent ensemble. » Le dossier Rennes Tech vient d'être déposé et un jury national devrait venir visiter la ville d'ici un mois.