La jeune garde se met à la mode

Camille Allain

— 

Fanny a créé il y a cinq ans sa marque Sauciflar et Calendos à Rennes.
Fanny a créé il y a cinq ans sa marque Sauciflar et Calendos à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

«Des événements créateurs, il y en a beaucoup à Paris, mais à Rennes, il n'y avait rien. » Passionnée de mode, Kahina Drider a fondé il y a quelques années le site Web «Rennes à coup de cœur», où elle présente les jeunes créateurs du coin. Pour les faire connaître, la jeune femme a décidé il y a deux ans d'organiser un apéro rassemblant une quinzaine de créatrices rennaises. Un vrai succès. « On avait eu beaucoup de monde, se souvient-elle. Rennes abrite pas mal de bons créateurs, mais personne ne le sait car il n'y a pas d'événement pour les présenter. » Aussi la jeune femme a-t-elle récidivé cette année en invitant une quarantaine d'as de la machine à coudre sous la halle Martenot ce dimanche (lire encadré). Un bon tremplin pour les jeunes créateurs. Installée à Rennes, Fanny Mouchel a fondé sa propre marque de vêtements il y a cinq ans, baptisée Sauciflar et Calendos. « Je reste beaucoup dans mon atelier à travailler. Et comme je vends surtout sur Internet, je n'ai pas souvent l'occasion d'échanger avec les clients. Ce genre d'événements, c'est un bon moyen de se faire connaître », explique la jeune créatrice.

Paris ne fait pas tout


L'occasion aussi de prouver que la capitale parisienne n'a pas le monopole de la mode. « Ils ont tellement d'événements de ce genre qu'il y a une lassitude. Ici, on garde l'effet de surprise », assure Kahina Drider. Originaire de Saint-Malo, Amandine Simon a longtemps vécu à Rennes. Après deux ans passés en Bolivie pour apprendre à travailler le cuir, la jeune femme a préféré s'exiler en région parisienne. « Je l'ai fait pour des raisons personnelles », assure la fondatrice de La Jungle Maroquinerie. « A Paris, c'est plus difficile de se faire remarquer, parce qu'il y a déjà beaucoup de monde. Par contre, il y a pas mal de réseaux pour se faire une place », admet la jeune créatrice. Dimanche, la halle Martenot accueillera aussi des créateurs de Bordeaux, Poitiers, Brest ou Nantes. Preuve que la province ne perd pas le fil.

■ Un brunch couture

Après l'apéro en 2011, c'est un brunch qui sera organisé dimanche autour des ventes des créateurs. Des ateliers créatifs gratuits seront proposés. Dimanche, de 10 h à 17 h, halle Martenot. Entrée : prix libre.