Stade Rennais: Des princes du Parc aux rois de l'arnaque

FOOTBALL Les Rennais cristallisent la rancœur de leurs propres supporters...

Jeremy Goujon

— 

Danzé et Rennes ne volent pas haut.
Danzé et Rennes ne volent pas haut. — K. Tribouillard / AFP

Dix-huit mois se sont écoulés depuis la retentissante victoire du Stade Rennais à Paris (1-2). A la veille de retourner au Parc des Princes, il est peu probable que le club breton retrouve les vertus qui lui avaient permis de terrasser le PSG, à neuf contre onze : courage, solidarité, héroïsme…

« L'acte fondateur », évoqué à l'époque par Frédéric Antonetti et Julien Féret, n'était en réalité qu'un écran de fumée. Hormis de bien trop rares coups d'éclat (succès 0-5 à Toulouse, ou 0-3 à Nantes), Rennes n'a en effet cessé de s'enliser.

Ils se trompent de combat

Les chiffres sont éloquents : en soixante matchs de championnat disputés depuis novembre 2012, le SRFC n'en a gagné que quinze. A cela s'ajoutent deux finales de Coupe perdues et caractérisées par un manque évident de volonté. La défaite face à Guingamp est d'ailleurs celle de trop pour les supporters. « Ils nous ont salis », « Vous devriez avoir honte de porter ce maillot », « On a gaspillé votre argent pour vous », a-t-on pu entendre, lundi, lors de la reprise de l'entraînement. Certains ont même demandé au président Frédéric de Saint-Sernin de se faire rembourser, pour les frais occasionnés par le déplacement au Stade de France.

Côté joueurs, l'heure n'est visiblement pas à la remise en question. Deux d'entre eux, Jean-Armel Kana-Biyik et Foued Kadir, ont ainsi voulu en découdre avec les fans, à la Piverdière. Les Rouge et Noir font décidément fausse route : c'est samedi qu'il fallait se battre, non deux jours plus tard…

■ Makoun forfait

Jean II Makoun ne jouera pas les deux prochains matchs du Stade Rennais. Le Camerounais, victime d'une entorse de la cheville lors de la finale de la Coupe de France, est out pour Paris et Sochaux (10 mai).