Un troisième billet à prendre

Jeremy Goujon

— 

Cap vers le Brésil pour Benoît Costil ?
Cap vers le Brésil pour Benoît Costil ? — D. Meyer / AFP

Benoît Costil n'a pas réalisé son meilleur match à Bordeaux, lors de la dernière journée de Ligue 1. Sa parade décisive sur la tentative de Diego Rolán, à 2-2, a toutefois rappelé à quel point le gardien est indispensable au Stade Rennais.

Auteur de quatorze clean sheets (matchs sans prendre de buts) cette saison, l'ex-Caennais peut se targuer d'occuper actuellement la première place, à son poste, au classement des Etoiles France Football, avec une moyenne de 6, 11. Loin devant Steve Mandanda (4e, 5, 71), Mickaël Landreau (5e, 5, 68) et Stéphane Ruffier (8e, 5, 68), les « poursuivants » d'Hugo Lloris en équipe de France.

De solides garanties


D'où la question : Costil peut-il prétendre au Mondial, cet été ? « Je dis oui, avance Pierrick Hiard, doublé in extremis par Jean-Luc Ettori en 1982, et aujourd'hui recruteur pour le SRFC. Il y a deux gardiens pris d'office, Lloris et Mandanda, mais la troisième place est vacante. Didier Deschamps prendra-t-il un joueur d'expérience, un meneur d'hommes qui peut servir de modèle, comme Landreau ? Ou alors un jeune prometteur, qui serait mis dans le bain pour l'avenir ? Une chose est sûre : Benoît n'a rien à envier aux autres. » Outre l'aspect footballistique, le dernier rempart rouge et noir pourrait tirer bénéfice de « l'image qu'il est en train de se construire », dixit Jean-Marc Mézenge, ancien adjoint de Raymond Kéruzoré, devenu consultant sur France Bleu Armorique.

« Vu de l'extérieur, le»Costil marketing«(sic) fonctionne. Quand on l'interviewe, on sent beaucoup de sérénité, de tranquillité. Alors que Ruffier, lui, est plus»agressif«. Il veut être calife à la place du calife. » Performant sur le terrain, bon état d'esprit. Sur le papier, Benoît Costil possède toutes les qualités. Le reste appartient à DD…

■ Lama est le dernier

Bernard Lama, qui a fêté ses 51 ans lundi, demeure l'ultime gardien du SRFC à avoir participé à un match des Bleus. Le 2 septembre 2000, il avait honoré sa dernière de ses 44 sélections face à l'Angleterre (1-1).