Un smoothie au goût iodé

Jérôme Gicquel

— 

Olivier Le Moine joue avec la couleur des algues dans ses smoothies.
Olivier Le Moine joue avec la couleur des algues dans ses smoothies. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

On pouvait déjà manger des algues. On pourra bientôt les déguster dans des smoothies. L'idée émane d'Olivier Le Moine qui vient de créer l'entreprise Tête en Mer, hébergée dans la pépinière Le Cap à Saint-Malo. Ancien directeur des ventes dans le secteur agroalimentaire, l'entrepreneur breton mise beaucoup sur ce marché de « l'or brun » qui n'en est encore qu'à ses prémices.

Wakamé, dulse et ulva


« Les récents scandales alimentaires ont fait naître des inquiétudes chez le consommateur concernant les protéines animales. Les algues, qui allient saveur et qualités nutritionnelles, peuvent être des débouchés très intéressants pour l'économie bretonne », assure-t-il. Une manne qui n'a pas échappé à la région qui a fait de la glaz économie (lire encadré) l'un des piliers de son pacte d'avenir.

Déjà très présente dans les secteurs de la cosmétique et de la pharmacie, notamment pour leurs vertus antioxydantes, les algues auront donc bientôt une seconde vie dans les jus de fruits. « Nous avons sélectionné trois types d'algues, le wakamé, la dulse et l'ulva qui seront associées à de la fraise, de la framboise, de la pomme et du kiwi », détaille Olivier Le Moine, qui espère mettre ses produits sur le marché « au second semestre 2014 ».

L'entrepreneur ciblera d'abord des boutiques spécialisées dans les produits de la mer ou des épiceries fines avant de s'attaquer à la grande distribution. Pour s'alimenter en matière première, Olivier Le Moine n'aura pas besoin d'aller très loin car « plus de 90 % des algues françaises sont récoltées en Bretagne ». Et si le succès de ses smoothies est au rendez-vous, il compte bien, à terme, élargir sa gamme de produits et se positionner comme « le référent sur les boissons à base d'algues ».

■ La glaz économie

Sous le terme de glaz économie, la région Bretagne entend construire une économie innovante et créatrice d'emplois autour de la mer, des biotechnologies, de l'agriculture et du numérique.