Jean-Charles Gicquel détrôné, mais pas attristé

Jeremy Goujon

— 

Hanany a battu le record de Gicquel.
Hanany a battu le record de Gicquel. — Crosnier / DPPI-Sipa

Cela devait bien arriver un jour. Vingt ans (ou presque) après ses 2, 33 m à Eberstadt (Allemagne), synonyme de record de France du saut en hauteur en plein air, Jean-Charles Gicquel a vu sa marque dépoussiérée par Mickaël Hanany. Le Francilien a en effet passé 2, 34 m, samedi, à El Paso (Etats-Unis). « Je suis très content pour Mickaël, car ça faisait un moment qu'il tournait autour », déclare le Morbihannais (47 ans), aujourd'hui président du Stade Rennais Athlétisme. Un désormais ex-détenteur qui n'aurait pas cru, le 10 juillet 1994, à une longévité aussi importante.

Des retombées escomptées


« Je suis trop cartésien pour ça. Un record, ça peut tomber le lendemain, comme ça peut tomber vingt ou trente ans après. C'est aussi simple que ça. » Gicquel reste toutefois le Français le plus haut dans la discipline concernée (indoor et extérieur confondus), puisque lors de cette même année 1994, il avait enflammé Bercy (2, 35 m), durant l'Euro en salle. Une barre qui pourrait également tomber d'ici peu. « Mickaël est capable de la franchir, peu importe dans quelles conditions. Je lui souhaite surtout de la faire un grand jour. Un record, c'est bien. Un titre, c'est différent. »

Jean-Charles Gicquel s'attend aussi à ce que la prouesse du trentenaire Hanany (31 ans ce 25 mars !) inspire (enfin) la relève tricolore. « Il faut reconnaître qu'il est le seul au niveau mondial. Mais il ne faut surtout pas délaisser la jeune génération. Il faut s'en inquiéter, et espérer que ça donne un coup de fouet à tout le monde. »

■ 2,50 m, une utopie

Si on affirme côté russe pouvoir atteindre prochainement 2,50 m, Jean-Charles Gicquel est pour le moins sceptique. «C'est énorme. On n'est pas dans le même monde, mais ce serait très surprenant.»