Pêche au son en pleine mer

Camille Allain

— 

Artiste électro, Romain a passé cinq semaines à bord d'un navire malouin.
Artiste électro, Romain a passé cinq semaines à bord d'un navire malouin. — Alexandre Gosselet

C'était il y a un an jour pour jour. Romain, alias Molecule, prenait la direction de Saint-Malo pour embarquer sur le Joseph Roty II. Son idée : enregistrer son nouvel album à bord de l'un des plus gros bateaux de pêche de la flotte bretonne. « J'ai toujours été fasciné par la mer. Petit, je partais souvent à Cancale. Nous avions une maison de famille là-bas. J'avais cette envie de partir à l'aventure dans l'une des zones de pêche les plus dangereuses au monde », explique l'artiste électro parisien. Le 26 mars, il quitte femme et enfant et charge ses instruments et machines à bord du monstre d'acier de 90 m de long. « Je voulais arriver avec une page blanche et tout produire à bord. Je me suis interdit de rajouter une note après mon retour à terre », poursuit Romain.

Des creux de 20 m


Le Parisien passera cinq semaines à bord et partagera le quotidien des 60 marins. « C'est un monde à part que j'admire. Ces hommes font un métier extraordinaire. On sent qu'ils ont besoin de partir », raconte Romain. Plus habitué à se produire dans les salles parisiennes, l'artiste a dû affronter des vents de force 11 et des vagues de plus de 20 m, sans jamais renvoyer son petit-déjeuner. « C'est ce que j'étais venu chercher ! Le plus dur, c'est de se faire au roulis du bateau. Je ne faisais pas le malin. » Molecule a réussi son pari et bouclé son album à bord. Après plus d'un an à valoriser son projet, il a trouvé un label prêt à produire le disque, qui sortira en novembre. Il s'appellera 60 degrés 43' Nord. Comme la plus haute latitude du voyage.