Coup de main entre voisins

Camille Allain

— 

Yann (à d.) et David ont créé " Mon p'ti voisinage ", réseau social local.
Yann (à d.) et David ont créé " Mon p'ti voisinage ", réseau social local. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

«Nous ne sommes pas là pour remplacer le contact humain mais pour le faciliter. » Jeunes entrepreneurs de Dinan, David Rouxel et Yann Delain viennent de lancer « Mon p'ti voisinage ». Ce réseau social local s'inspirant de Facebook favorise l'entraide, le troc ou les achats groupés à l'échelle d'un quartier ou d'un village. « Nous utilisons régulièrement des sites collaboratifs pour le covoiturage ou le baby-sitting, mais c'est difficile de faire le tri. Notre idée, c'était de créer un service unique auquel les utilisateurs font confiance », raconte David Rouxel. Le site permet de poster des petites annonces pour acheter du fioul, du bois, aller courir ou pêcher et même d'alerter les utilisateurs en cas de danger (tempête, inondation...).

Premier contact plus facile


En fournissant son adresse lors de l'inscription sur le site, l'internaute intègre alors une communauté avec laquelle il peut entrer en contact. Avec l'assurance que ces gens habitent l'immeuble voisin, la rue, le quartier ou le village. « Le premier contact est souvent plus facile par Internet », explique Yann, qui assure le développement technique du site. Souvent en voyage aux Etats-Unis, son compère David Rouxel s'est inspiré des nombreux réseaux de proximité qui se créent aux Etats-Unis. « Là-bas, c'est surtout l'aspect sécuritaire entre voisins qui prime. Nous, on veut juste inciter les gens à communiquer et à s'entraider », explique-t-il. Basé à Dinan, « Mon p'ti voisinage » envisage d'abord de se développer en Bretagne. « On a déjà du monde à Dinan, Saint-Malo et Rennes. On sait que le concept plaît car les Bretons aiment partager. Il nous faut juste le faire connaître », avoue David. Les fondateurs du site espèrent atteindre les 100 000 usagers d'ici à la fin de l'année.

■ Service gratuit

Lancé début mars, le service est gratuit. Ses créateurs pourraient s'appuyer sur des partenariats avec des collectivités ou des sites collaboratifs pour assurer sa rentabilité économique.