A Rennes, on ne rigole plus

Jeremy Goujon

— 

Ça se gâte pour Philippe Montanier.
Ça se gâte pour Philippe Montanier. — D. Meyer / AFP

Dans un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, le Stade Rennais était la cible d'une blague devenue célèbre : « Qu'est-ce qui est rouge et noir, qui monte et qui descend ? » Ce refrain moqueur, symbolisant l'aller-retour incessant du club breton en D1/D2 dans les années 1980 et 1990, n'est plus en vogue depuis 1994, année de la remontée (pour l'instant) définitive du SRFC parmi l'élite. Un match de gala doit d'ailleurs se tenir à l'issue de la présente saison, afin de célébrer l'événement. Ce qui n'est en revanche pas prévu est la relégation en Ligue 2 de l'équipe actuelle, au mois de mai.

L'avenir s'assombrit


Une boutade qui tourne plus que jamais à la mauvaise plaisanterie, étant donné le parcours des Rennais depuis la retentissante victoire à Nantes. Trois journées pour autant de défaites (Guingamp, Valenciennes, Toulouse), et une avance sur le premier relégable qui fond comme neige au soleil (trois unités de plus, seulement, que VA). « Il y a encore neuf matchs, on ne va pas s'arrêter là », essaye de positiver Philippe Montanier, néanmoins conscient du « calendrier difficile » qui attend sa troupe. Les partenaires de Romain Danzé devront entre autres se rendre à Marseille, Bordeaux, Saint-Etienne et Paris. « C'est très dur, très éprouvant. On arrivait de stage [à Dinard], remontés comme des pendules, avec l'envie de bien faire. Et au bout d'un quart d'heure, on prend une grosse claque. C'est le scénario catastrophe », analyse le capitaine rennais, citant le c.s.c. d'Ola Toivonen face au TFC (2-3), samedi soir. Ajoutée au forfait de dernière minute de Kamil Grosicki (grippe) et la sortie prématurée de Cheikh M'Bengue (27e minute), la mésaventure du Suédois caractérise la poisse des siens. Encore un mauvais présage en vue du maintien…

■ Pendant ce temps...

Mis de côté par Philippe Montanier, Julien Féret a encore fait parler la poudre en CFA 2. Comme le week-end précédent, le Briochin a inscrit le seul but de la réserve rouge et noire, sur le terrain de Laval (1-1).