Pas sous son Omeyer jour

Jeremy Goujon

— 

Omeyer a fait preuve de nervosité.
Omeyer a fait preuve de nervosité. — F. Lancelot / Sipa

Hormis quelques supporters de Montpellier à qui il a dédicacé des maillots, Thierry Omeyer n'a pas laissé un souvenir impérissable à l'assistance du Liberté, venue en masse (4 000 spectateurs) samedi soir pour le match contre Cesson (27-32). Nerveux avant même le coup d'envoi (les dirigeants héraultais voudraient se débarrasser des hauts salaires), la légende du handball tricolore (37 ans) a toisé les jeunes pousses du club breton, et ce, dès les premières minutes.

Une frime déplacée


L'ailier Léo Le Boulaire a ainsi eu droit à un regard assassin, après avoir tenté de tromper le « mur » des Bleus. En fin de rencontre, et alors que le MAHB avait tué tout suspense depuis longtemps, c'est le pivot Romaric Guillo qui eut affaire au gardien. « Il me chambre d'abord sur un premier tir manqué, au-dessus de la tête, narre le Morbihannais. Ensuite, il y a une faute, je veux reprendre la balle située en zone, mais il m'en empêche en la mettant dans son but. Je lui ai dit :»Pourquoi tu fais ça ?«Il a voulu me tester pour voir si je n'allais pas péter les plombs… Je lui ai alors fait :»Attends, je vais revenir«. » Pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, le géant cessonnais (2, 07 m) a effectivement pris sa revanche en inscrivant l'ultime réalisation de la partie. « Le fait que ce soit contre lui, c'est encore mieux. A l'aller déjà, il nous avait regardés de haut. Tout Omeyer qu'il est, il n'avait pas à faire le barbot comme ça, surtout qu'il n'a pas été monstrueux dans les cages. Je l'ai donc carrément chambré à mon tour, avec un bisou dans la main. Ça m'aurait fait chier qu'il gagne aussi sur ce terrain-là. »

La passe d'armes n'empêchait pas les deux joueurs de se saluer au buzzer, malgré une dernière explication de texte. Ambiance, ambiance…

■ Doré a vu rouge

Héros du match aller remporté par Cesson (10 buts), Benoît Doré est rentré cette fois plus vite que prévu aux vestiaires. Pour une faute grossière sur Diego Simonet, il a reçu un carton rouge direct (42e).