Prête argent contre objets

Jérôme Gicquel et Frédéric Brenon (à Nantes)

— 

La majorité des objets déposés au Crédit Municipal de Nantes sont des bijoux.
La majorité des objets déposés au Crédit Municipal de Nantes sont des bijoux. — F. Elsner / 20 Minutes

Le Crédit Municipal de Nantes a des vues sur Rennes. Spécialisé dans le prêt sur gage, l'établissement public souhaite y ouvrir une succursale, comme il en existe déjà à Angers, Tours et à Caen. « Plus de 20 % de notre clientèle nantaise vient de Bretagne. C'est donc un service de proximité qu'il faut développer à Rennes », souligne Jacques Stern, son directeur. Des contacts ont déjà été noués avec les élus rennais, Jacques Stern attendant désormais le résultat des municipales « pour que cela se décante ».

Des bijoux et du vin


Dans la Cité des Ducs, le Crédit Municipal, anciennement Mont de Piété et désormais surnommé « Ma Tante », est une institution vieille de 200 ans. Son objectif n'a pas changé depuis sa création par Napoléon : répondre aux besoins de liquidité des plus modestes. « On laisse un objet en dépôt et on obtient en retour un prêt qui recouvre 60 % de la valeur de l'objet », explique Jacques Stern. La durée du prêt est de six mois renouvelables avec un taux d'intérêt modéré (0, 80 %) pour le remboursement. Dans la plupart des cas, ce sont des bijoux, de l'argenterie ou même du vin que les clients déposent en échange de numéraire. « On n'accepte pas les smartphones ou le matériel hi-fi car ces objets se déprécient très vite », indique-t-il. Lorsque l'objet n'est pas récupéré, celui-ci est mis aux enchères. Et si la vente dépasse les sommes dues par l'emprunteur, le Crédit Municipal lui restitue la différence. « L'objectif n'est pas de s'enrichir sur le dos des gens. Nous sommes un organisme solidaire et de confiance », conclut Jacques Stern.