Les locaux de L'Elabo en sursis

Marie Poher

— 

Benoît Guérin, crieur de L'Elabo, s'inquiète de l'avenir du 17 bis.
Benoît Guérin, crieur de L'Elabo, s'inquiète de l'avenir du 17 bis. — M.Poher / APEI / 20 Minutes

«Tant qu'on nous propose pas de bâtiment valable, on ne partira pas. » Benoît Guérin, crieur de rue et membre fondateur de L'Elaboratoire, martèle son message, sur fond de va-et-vient permanent d'engins de construction. Les travaux de la ZAC Baud-Chardonnet frôlent désormais les abords du bâtiment historique du collectif, situé au 17 bis, avenue Chardonnet et voué à la destruction. Alors que le collectif est sommé de quitter les lieux par la mairie, la résistance s'installe.

Plus de 3 000 signatures


Depuis le 1er avril 2013, le bail précaire du bâtiment historique de L'Elaboratoire est arrivé à expiration, synonyme d'expulsion. Une situation que refuse le collectif artistique pluridisciplinaire. Une pétition « On veut payer notre loyer » a donc été lancée sur Internet, recensant plus de 3 000 signatures à ce jour. « On loue à la ville depuis dix-sept ans. Jusque-là, nous avons toujours été tolérés. Or, depuis le projet d'aménagement du quartier, on nous pousse à la porte au lieu de nous intégrer dans ce nouvel espace », explique Benoît. Des solutions de relogement ont pourtant été envisagées. Parmi elles, le terrain de La Corderie, trois immeubles sur le boulevard Villebois-Mareuil ainsi que des parcelles « où des travaux d'aménagement fin 2012 ont été réalisés pour un montant de 18 398 € », précise la mairie. « L'Elaboratoire y a installé des caravanes en août 2013, mais a refusé de signer la convention d'occupation proposée », poursuit la mairie. Le collectif juge ces propositions « insuffisantes car les espaces ne permettent pas d'y reloger notre théâtre et nos salles de répétition ». Pour Jérôme, membre de L'Elabo depuis 2009, « nous devons tout faire pour faire pour rester au 17 bis. L'Elabo est né dans ce bâtiment. Partir, ça serait perdre notre identité. » Si des discussions sont aussi engagées avec la ville de Pont-Péan pour accueillir l'association, « pas question de tout y reconstruire». Une antenne d'accord, mais l'Elabo est un acteur culturel incontournable qui prend son essence à Rennes. Au 17 bis ! «, conclut le crieur de l'Elabo.

■ Baud-Chardonnet

Les travaux de la Zac Baud-Chardonnet vont permettre la création d'un nouveau quartier comprenant 2 600 logements, dont 50 % de logements aidés. Coût du chantier : 140 millions d'euros.