Rennes Volley 35: L'amour ne dure que neuf ans...

Volley C'est fini entre Rennes et l'entraîneur Boris Grebennikov...

Jeremy Goujon

— 

Boris Grebennikov dit au revoir à Rennes.
Boris Grebennikov dit au revoir à Rennes. — S. Marroux / Rennes Volley 35

Jusqu'ici, on pouvait parler de contre-pied. Alors que la «logique» veut qu'un club limoge le coach en cas de mauvais résultats, le Rennes Volley 35 l'avait joué autrement en modifiant son effectif dans les grandes largeurs.

Les dirigeants ont finalement attendu de voir leurs ouailles pointer à la dernière place de Ligue A pour rentrer dans le rang, jeudi. «Le bureau a décidé de retirer à Boris Grebennikov la responsabilité de l'entraînement de l'équipe», lisait-on ainsi sur le site officiel du RV 35.

Le plus beau palmarès de l'histoire du club

Successeur de Serge Eloi en cours d'exercice 2005-2006, le technicien franco-kazakh aura permis à la formation bretonne de connaître ses plus belles heures de gloire : quatre quarts de finale d'affilée en championnat (de 2010 à 2013), un autre en Challenge Cup (2012), et surtout un succès en Coupe de France (2012).

Après neuf ans de bons et loyaux services, Grebennikov prend donc la porte, au moment où Sébastien Frangolacci et consorts n'ont plus que neuf journées pour se sauver. Avec Stéphane Mollier (directeur sportif), le capitaine secondera d'ailleurs Olivier Bouvet, entraîneur-adjoint propulsé n°1. Et ce, dès la venue de Chaumont, ce soir (20 h).