L'embryon sous l'œil des caméras

Jérôme Gicquel

— 

Et si la vie prenait forme sous l'œil de caméras ? Une vision futuriste qui est désormais réalité au centre d'aide médicale à la procréation du CHU de Rennes, situé à l'hôpital Sud, qui vient de se doter de quatre caméras qui filment en continu le développement des embryons. Cette technologie, baptisée Time Lapse, n'a rien du gadget et vise à augmenter les chances de grossesse. « Jusqu'à présent, dans le cadre de fécondations in vitro, on sélectionnait l'embryon à transférer à l'œil nu, par rapport à sa morphologie. Ce nouvel outil va nous permettre de suivre en temps réel l'évolution de chaque embryon pour sélectionner le bon », indique Jean-François Griveau, biologiste au CHU de Rennes.

Premiers résultats positifs


Encore assez peu répandue en France, cette technologie a été développée en Espagne il y a deux ou trois ans. Malgré le recul nécessaire, les premiers résultats semblent positifs avec une hausse du nombre de grossesses « de l'ordre de 20 à 30 % », assure le Pr Celia Ravel, chef du service. Placées dans des incubateurs, les caméras filment pendant trois jours en continu les 9 à 16 embryons prélevés. Les images sont ensuite retransmises en direct sur un ordinateur pour être analysées. « On dispose ainsi de meilleurs critères pour sélectionner l'embryon. Après ce n'est pas une science exacte mais cela devrait quand même permettre de tomber enceinte plus rapidement et d'éviter les grossesses multiples », souligne Jean-François Griveau.

Sauvegardées sur un disque dur, les images de l'embryon pourraient par ailleurs dans le futur être remises en cadeau aux jeunes parents sous forme de DVD, comme cela se pratique déjà de l'autre côté des Pyrénées.

■ La PMA en chiffres au centre de Rennes

Le centre d'aide médicale à la procréation réalise en moyenne par an entre 600 et 700 inséminations intra-utérines avec le sperme du conjoint et près de 600 tentatives de fécondations in vitro (FIV). Une centaine de dons d'ovocytes y sont également réalisés. Selon un classement établi en 2013 par l'Agence de biomédecine, le centre était classé pour la deuxième année de suite premier centre de FIV français en terme d'accouchement par ponction d'ovocytes.