Une rivière pas si vilaine

Camille Allain

— 

L'agence retenue propose de creuser un bassin de baignade à Cicé.
L'agence retenue propose de creuser un bassin de baignade à Cicé. — Agence TER

Comme Bordeaux ou Nantes avant elle, Rennes semble aujourd'hui s'intéresser de près à la valorisation de ses cours d'eau. Après le projet de parc naturel aux prairies Saint-Martin, c'est sur le secteur d'Apigné, au moulin du Boël, que les élus de Rennes Métropole se sont penchés ce jeudi soir. « Notre réflexion a commencé en 2009. Nous voulions exploiter le potentiel touristique de la vallée de la Vilaine et créer des nouveaux loisirs à destination des habitants », explique Emmanuel Couet, vice-président de Rennes Métropole délégué à l'aménagement.

Baignade et promenade


Après plusieurs mois de consultation, c'est finalement le dossier de l'agence TER qui a été retenu. La société montpelliéraine propose notamment de relier la Courrouze aux étangs d'Apigné par une longue promenade accueillant des spectacles, ou encore de creuser un lac de 26 hectares à Cicé pour la baignade et les activités nautiques. Le secteur du Boël, déjà propice à la balade, sera également valorisé par un belvédère offrant une vue sur la vallée. « Ce qui nous plaît, c'est que leur proposition ne chamboule pas l'existant », justifie l'élu. Le projet vise également à renforcer l'accessibilité des différents sites, tout en offrant une alternative au classique chemin de halage. « Quand on est à Saint-Jacques, on ne se doute pas que la vallée de la Vilaine est à quelques mètres. C'est trop confidentiel », estime Emmanuel Couet. Le projet, qui devrait s'étaler sur une dizaine d'années, a été évalué à une dizaine de millions d'euros.