Juveniles rentre à la maison

Camille Allain

— 

Jean-Sylvain et Thibaut de Juveniles.
Jean-Sylvain et Thibaut de Juveniles. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

«Rennes, c'est la maison. Peu importe où on va, on croise toujours des têtes connues. » Après une tournée qui les aura conduits dans le monde entier, les Juveniles sont de retour au bercail. Ce vendredi, ils seront sur la scène du festival du Schmoul à Bain-de-Bretagne (lire encadré). « L'ambiance est familiale et les copains seront là. On ne s'inquiète pas trop. En plus, on pourra rentrer dormir à la maison », sourit Jean-Sylvain, chanteur du groupe. Car, ces six derniers mois, le duo – quatuor sur scène – était plus habitué aux chambres d'hôtel. Pas synonyme de repos pour autant. « Je dois avouer que j'ai accueilli Noël à bras ouverts », reconnaît Jean-Sylvain. « On ne se va pas se plaindre, on bosse bien », poursuit Thibaut, le batteur.

Un album annoncé en 2014


Découvert par le label Kitsuné et les Inrocks pour son tube « We are Young », le groupe a connu une ascension fulgurante. « D'un coup, tout le monde parlait de nous alors qu'on n'avait même pas fait de live. C'était un peu stressant », se souvient Jean-Sylvain. Les Juveniles font alors la rencontre du Dj Yuksek, qui s'attèle à la production de leur premier album. « Heureusement qu'il était là. Sans lui, on aurait pu se planter », admet le chanteur. Depuis leur passage aux Trans en 2011, Juveniles a bien grandi, forgeant ses armes sur des scènes de plus en plus grandes. « Je me souviens de la dernière à Istanbul. On jouait dans un festival grand comme les Vieilles Charrues avec des super groupes comme les Klaxons et de la variét' turque genre Eve Angeli. C'était marrant », lâche Thibaut. De retour en France, le duo s'est attaqué à l'écriture du deuxième album. « On a déjà la moitié des morceaux. J'espère qu'il pourra sortir en fin d'année », avance Jean-Sylvain. Nul doute qu'ils seront attendus au tournant.

■ A l'affiche

La 13e édition du Schmoul se tient vendredi et samedi à Bain-de-Bretagne. A l'affiche : les furieux Birth of Joy, découverts aux Trans en 2012, Von Pariahs ou Nasser. Tarifs : 18 €, 30 € les 2 jours.