Bienvenue chez les Ch'tis II

Jeremy Goujon

— 

Montanier sera chez lui, ou presque.
Montanier sera chez lui, ou presque. — P. Pavani / AFP

«Il fera certainement mieux que son prédécesseur. » A l'annonce de l'arrivée de Philippe Montanier au Stade Rennais, en mai 2013, Jacques Wattez était plutôt optimiste. Aujourd'hui, la sentence du président de Boulogne pourrait en faire sourire plus d'un, à commencer par Frédéric Antonetti. Seulement 15e de Ligue 1, le club breton en est réduit à jouer le maintien. « Je ne suis pas surpris que Philippe ait une première année difficile, déclare huit mois plus tard Wattez. Il lui faut du temps pour mettre en place sa stratégie. Je ne me fais pas de souci pour lui, il va vite retourner la situation. »

Comme à Lourdes


Il est vrai que les retards à l'allumage ne font pas peur au technicien normand. Lors de ses débuts sur le banc boulonnais, en 2004-2005, son équipe, mal en point à l'automne, avait terminé en trombe (« une vingtaine de matchs sans défaite », dixit l'entraîneur) et accédé à l'échelon supérieur. Le tout assorti d'un quart de finale de Coupe de France (perdu 1-2 contre le futur vainqueur, Auxerre), épreuve qui permet ce soir (19 h) à l'intéressé de retourner dans le Nord-Pas-de-Calais. « Ce n'est pas de la Coupe, c'est un pèlerinage », annonce Montanier, l'homme qui avait fait passer l'USBCO du CFA à la L1 en cinq ans. « On a aussi connu des moments difficiles, comme il en traverse en ce moment », se souvient son ancien président.

Lequel n'entend pas faire de cadeau pour les retrouvailles, même si ce 16e de finale « passe au second plan » en raison de la situation en National (10e, avec seulement cinq points d'avance sur la zone de relégation). « Je n'ai pas pour habitude de laisser tomber un match, quelle que soit la compétition. Rennes va avoir les crocs, mais je n'ai pas peur. » Du pèlerinage au chemin de croix, n'y aura-t-il qu'un pas ?

■ Sans Foued Kadir

Sévèrement taclé par l'Evianais Sougou, samedi, le meneur de jeu franco-algérien fera défaut ce soir, et est incertain pour la rencontre à Lille, vendredi. Son forfait s'ajoute à ceux de Boye, Féret et Pajot.