L'alternative au soja OGM

Camille Allain

— 

Philippe Chuberre a planté du lin.
Philippe Chuberre a planté du lin. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Eleveur de vaches laitières à Saint-Grégoire, Philippe Chuberre a fait le choix de nourrir ses bêtes autrement. Pour réduire sa dépendance au soja importé du Brésil, bien souvent génétiquement modifié, l'agriculteur a relancé une culture ancestrale. Depuis dix ans, le lin fleurit dans ses champs. « A une époque, on nous a demandé de produire en masse pour répondre aux besoins de consommation. Mais les temps changent et on revient un peu en arrière », explique Philippe Chuberre. Après dix ans à cultiver du lin, l'éleveur a réintroduit d'autres graines oubliées, comme le lupin et la féverole. « On voit tout de suit le bénéfice qu'elles ont sur la santé des vaches. Je me souviens que mes parents en donnaient aux bêtes un peu faibles », assure-t-il.

Améliorer la génétique


Très investi, l'agriculteur a participé à la création de l'association Graines Tradition Ouest, qui vient de se créer pour valoriser ces cultures. « En Bretagne, cela ne représente que 2, 5 % de la nutrition animale. On est toujours dépendants des importations de soja et de colza, qui constituent 80 % de notre fourrage. En améliorant la génétique et en garantissant des débouchés aux éleveurs, on pourra aider la filière à décoller », détaille Alain Cottais, chargé de relancer ces cultures à la chambre régionale pour l'agronomie.

Formation dans les lycées


L'exercice passera notamment par une meilleure formation des jeunes générations, qui ont oublié l'existence de ces vieilles cultures. Des parcelles de lupin et féverole seront plantées au sein des lycées agricoles bretons. « L'idée, c'est de diversifier, pas de répondre à tous les besoins. Si on voulait le faire, il faudrait remplir tout le territoire breton de ces graines », conclut Alain Cottais.

■ Bon pour la terre

Le lin, le lupin et la féverole permettent d'alterner les cultures. « La terre est meilleure. On a moins besoin de désherber quand on diversifie », selon un éleveur.