Un préfet sur tous les fronts

Jérôme Gicquel

— 

Patrick Strzoda (à gauche) lors de la signature du pacte d'avenir à Rennes.
Patrick Strzoda (à gauche) lors de la signature du pacte d'avenir à Rennes. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes

En débarquant de Corse en juillet, Patrick Strzoda s'attendait peut-être à trouver un peu de calme en Bretagne. C'est raté. En six mois d'exercice, le préfet de région a dû faire face à la crise de l'agroalimentaire, à la révolte des « bonnets rouges » ainsi qu'aux intempéries pour achever l'année en beauté. « J'ai tout de suite été plongé dans la marmite car tout a explosé en même temps. Cela a été très intense et m'a permis de découvrir toutes les facettes du métier de préfet », explique l'intéressé. « Il a connu en très peu de temps ce que certains préfets ne connaîtront peut-être jamais dans leur carrière », indique-t-on à son cabinet.

Mise en œuvre du pacte


Auparavant en poste en Corse, cet Alsacien de 61 ans a pourtant l'habitude des régions à forte identité. La violence de la crise qui a secoué la Bretagne l'a pourtant surpris. « Il y avait quelques signes avant-coureurs, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il y ait une telle conjonction de crises », assure-t-il. En 2014, le préfet va désormais s'attacher à mettre en œuvre le pacte d'avenir pour la Bretagne, tout en espérant « une année un peu plus normale et apaisée ». Pas sûr cependant que le mouvement des « bonnets rouges » ne l'entende de cette oreille.

■ Un attentat fictif

Prévu le 5 novembre, l'exercice de simulation d'attentat se déroulera finalement dans la nuit du 25 au 26 janvier à Rennes. Il vise à tester l'efficacité et la réactivité des services de l'Etat en cas d'attaque.