Une périphérie qui se remplit

Camille Allain

— 

Le recensement commence jeudi.
Le recensement commence jeudi. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Si Rennes perd chaque année quelques habitants, son aire urbaine, elle, ne cesse de s'accroître. Selon les données de l'Insee, 40 % des 500 000 nouveaux Bretons arrivés depuis 1982 ont emménagé dans la couronne rennaise, soit près de 10 000 habitants par an.

La croissance se tasse


Portées par leur attractivité et un marché du travail dynamique, certaines communes périphériques ont vu leur population exploser, comme Pacé, qui a gagné plus de 2 000 habitants en cinq ans (10 783 lors du recensement 2011), Chantepie, Bruz ou Betton. « On voit le rôle majeur des axes routiers. Le manque de foncier et les prix de l'immobilier incitent les gens à s'éloigner des villes-centres », avance Olivier Léon, responsable d'études à l'Insee.

La Bretagne, longtemps classée parmi les régions les plus dynamiques, voit pourtant sa croissance ralentir. « On entre dans une période où le nombre de décès va augmenter du fait du vieillissement de la population. Cela marque un coup d'arrêt », poursuit Olivier Léon. Seul l'Ille-et-Vilaine conserve un solde positif, grâce à l'arrivée massive de nouvelles familles.