Le squat de l'église évacué

Camille Allain

— 

Cette jeune Mongole et sa famille devront quitter l'église St-Marc ce mardi.
Cette jeune Mongole et sa famille devront quitter l'église St-Marc ce mardi. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Ils n'étaient qu'une quarantaine en avril, venus trouver refuge dans l'église Saint-Marc, lieu de culte abandonné du quartier de Villejean. Dix mois plus tard, ce sont près de 150 migrants qui doivent faire leurs valises et abandonner leur squat de fortune, prêté par le diocèse. « Le lieu n'est pas fait pour accueillir autant de monde. En terme d'hygiène et de sécurité, c'était devenu limite », explique Alexis Garnier. Le responsable départemental du Secours Catholique s'est beaucoup investi auprès des Arméniens, Mongols, Roumains ou Congolais qui composent l'essentiel de la petite communauté. « On a travaillé avec la préfecture pour trouver une solution de relogement qui respecte la dignité des gens. Mais cette occupation a certainement duré trop longtemps », avoue le bénévole.

Les enfants rescolarisés


Réquisitionnée de force par l'association Un Toit c'est un droit, l'église ne sera donc pas évacuée de force. « Nous n'allions pas mettre les gens dehors », justifie le diocèse. Lundi, les familles commençaient à rassembler leurs maigres biens et les couvertures pendues au plafond servant de cloisons commençaient à être ôtées. « Je ne sais pas où nous irons », confie une jeune Roumaine. Après plusieurs mois de négociations, 115 solutions temporaires de relogement ont été trouvées. « Certains migrants ne rentrent pas dans le dispositif. Mais on a la garantie que les familles avec des enfants scolarisés seront à l'abri jusqu'en juin », indique Carole Bohanne, de l'association Un Toit c'est un droit, qui réfléchit déjà à l'ouverture d'autres squats.