Handicap : la ville ne sera pas prête

Camille Allain

— 

Daniel Delaveau et Sandrine ont testé le nouvel accès à l'hôtel de ville.
Daniel Delaveau et Sandrine ont testé le nouvel accès à l'hôtel de ville. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

D'après la loi, tous les établissements recevant du public (ERP) devront être accessibles aux personnes handicapées au 1er janvier 2015. Pourtant, à moins d'un an de l'échéance, Rennes sait déjà qu'elle ne pourra pas y parvenir. « Nous ne serons pas prêts », admet Nicole Gargam, adjointe à l'accessibilité et au handicap. « Je ne pense pas qu'une seule ville ne le sera d'ailleurs. Surtout celles qui, comme nous, ont un centre ancien », poursuit l'élue. Depuis 2005 et le vote de la loi, la ville a pourtant alloué des crédits conséquents à la mise aux normes : plus d'un million d'euros chaque année pour la rénovation du patrimoine et 800 000 € pour les travaux de voirie et d'espaces publics. « Pour les bâtiments neufs, tout est pris en compte. Mais dans l'ancien, c'est plus long et plus coûteux », admet l'élue. Exemple avec la mairie : il aura presque fallu dix ans d'études pour rendre accessible le bâtiment. Pas seulement aux fauteuils, mais aussi aux déficients visuels. La ville a donc privilégié les gros chantiers comme le Liberté, le TNB, les Champs Libres et les écoles.

« On pourra se marier »


Venue tester le nouvel accès à la mairie inauguré fin décembre, Sandrine salue pourtant les efforts de la ville : « On pourra venir se marier maintenant, plaisante la jeune femme. Les grandes villes ont fait des efforts. On va dans le bon sens. » Membre de l'association Handicap 35, elle œuvre depuis vingt ans auprès des élus pour les conseiller. « Une personne valide, elle va là où elle veut. Nous, en fauteuil, on est parfois coincés et on se sent un peu stigmatisés. C'est dommage car les aménagements servent aussi aux poussettes et aux personnes âgées », argumente la jeune femme. Avec ce retard, Rennes deviendra « hors-la-loi ». Pour être en accord avec le texte, la ville mise sur le rapport de la sénatrice Claire-Lise Campion, qui offre des délais supplémentaires aux communes ayant établi un calendrier prévisionnel de travaux. « C'est le cas ici. On s'attarde à» prioriser «les chantiers », conclut Nicole Gargam.

■ Dans les transports

« Le métro, c'est top pour nous », assure Sandrine. Tous les bus devraient également être équipés au 1er janvier. Seuls quelques arrêts ne pourront être adaptés pour des raisons techniques.