Rennes manque son quart

Jeremy Goujon

— 

Les efforts de Romero (au centre) n'ont pas suffi face aux Girondins.
Les efforts de Romero (au centre) n'ont pas suffi face aux Girondins. — D. Meyer / AFP

Intraitable ou presque à domicile en coupes (une seule élimination sur les quinze dernières rencontres, avant mercredi), Rennes n'a pas confirmé face aux Girondins de Bordeaux (1-2), en 8e de finale de la Coupe de la Ligue. Sous un crachin typiquement breton, les Rouge et Noir auront eu le mérite de proposer du jeu, malgré un Julien Féret encore hésitant à la baguette - surtout en première période. En dépit des « bonnes combinaisons » soulignées par Sylvain Armand à la pause, les locaux n'étaient pas à l'abri d'une douche froide.

Dominateurs, pas réalistes


La preuve avec l'ouverture du score signée Henrique, après un corner d'Obraniak (0-1, 50e). Mais comme lors du match de championnat du 23 novembre, les premiers à dégainer n'eurent pas le temps de savourer. Si Hunou butait sur Carrasso, Doucouré était en embuscade pour égaliser (1-1, 52e). Une belle histoire pour le milieu de terrain, lequel effectuait son retour à la compétition sept mois, jour pour jour, après sa rupture du ligament croisé antérieur. Hélas pour les hommes de Montanier, dominateurs mais peu réalistes, Cheikh N'Diaye concédait un penalty dans le temps additionnel. Sans pitié, Jussiê envoyait les siens en quart de finale (1-2, 90e+1). Cruel pour les Rouge et Noir...

■ Costil sur le banc

Touché à l'épaule, Abdoulaye Diallo n'était finalement pas la doublure de Cheikh N'Diaye. Benoît Costil a donc pris place sur le banc, une première pour le gardien en 112 apparitions dans le groupe breton.