Pic de pollution dans le ciel breton

Camille Allain

— 

L'activité physique est déconseillée.
L'activité physique est déconseillée. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Si l'air est frais et vivifiant, il n'est pas pur pour autant. Depuis une semaine, les mesures effectuées par l'institut Air Breizh révèlent de fortes concentrations en « PM 10 » à Rennes. « Ce sont des particules fines invisibles principalement émises par le chauffage et les moteurs diesel. Cette pollution est fréquente en période de froid », explique Magali Corron, directrice d'Air Breizh. Mardi, la concentration atteignait 61 microgrammes par mètre cube d'air, dépassant le seuil de recommandation et d'information du public (50µg/m3). « Cela signifie que la pollution peut avoir un impact sur la santé des personnes fragiles comme les seniors, les jeunes enfants, les asthmatiques ou les cardiaques ».

Attendre la pluie


Dans ces conditions, mieux vaut limiter les efforts physiques et éviter d'exposer les plus fragiles, d'autant que la situation ne devrait pas s'améliorer tout de suite. « Cela dépend des conditions météo. Le vent d'Est nous apporte un air pollué par les industries d'Allemagne et de l'Est de la France. Ce qu'il faudrait, c'est de la pluie », poursuit Magali Corron. En 2012, ce seuil a été dépassé 38 fois à Rennes.