Une expo photo au fond de l'eau

Camille Allain

— 

Jessica a passé des heures sous l'eau, transformée en créature des abysses.
Jessica a passé des heures sous l'eau, transformée en créature des abysses. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Préparez le slip de bain et les lunettes de plongée. Ouitisch vous emmène nager pour découvrir ses étranges clichés. Ce collectif rennais, dont le nom imite le bruit du coup de fouet, s'était lancé le défi de prendre des photos sous l'eau pour les exposer… sous l'eau. Après deux ans et demi de travail, le pari est réussi. Inaugurée jeudi soir, l'exposition « Des abysses et vous » a élu domicile au fond de la piscine Saint-Georges. « On a passé toute la nuit à coller les photos avec des sacs de sable pour bien les maintenir », explique Julien, le visage fatigué. Co-fondateur du collectif, le photographe mesure le chemin parcouru depuis la genèse de l'idée, amorcée avec le photojournaliste maritime Philippe Henry. « Au départ, on avait envie de faire des photos de mode sous l'eau. On pensait essayer ça dans une piscine privée, au fond d'un jardin », se souvient Julien. Ils attirent finalement une vingtaine de bénévoles dans leur pari un peu fou, et tous se mettent à bosser. « J'ai passé des heures dans ma baignoire à tester la réaction des tissus dans l'eau », raconte Anna, la costumière de l'équipe. « On est tous attirés par l'univers abyssal et ses créatures. Avec les costumes, on avait envie de créer une nouvelle espèce humaine », poursuit l'artiste.

Attachée par les pieds


Mais celle qui a le plus « souffert », c'est sans doute Jessica, la mannequin. Ancienne nageuse synchronisée, la jeune femme a passé des heures en apnée accrochée par les pieds, à six mètres de profondeur. Chaque minute, un plongeur venait lui amener de l'air. « La piscine était plongée dans le noir, c'était angoissant. La première fois, j'avais même peur de mettre la tête sous l'eau », avoue la jeune femme. En admirant les photos depuis l'étage de la piscine Saint-Georges, Jessica porte aujourd'hui un regard nostalgique. « J'ai un peu réalisé le rêve de petite fille de me transformer en petite sirène. A voir les costumes, ça me donne envie de recommencer ». Le collectif souhaite d'abord faire voyager son exposition avec l'idée d'en faire profiter tous les nageurs.

■ Jusqu'au 4 février

Les neuf clichés seront visibles jusqu'au 29 novembre à la piscine Saint-Georges, puis à Villejean du 1er au 15 décembre, aux Gayeulles du 5 au 19 janvier et à Bréquigny du 21 janvier au 4 février.