Les hauts et les bas de Jonathan Pitroipa

Jeremy Goujon

— 

Jonathan Pitroipa retrouve la forme.
Jonathan Pitroipa retrouve la forme. — D. Meyer / AFP

Quarante-cinquième minute du match à Bastia (1-0), samedi. Au sortir d'une succession de dribbles dont il a le secret, Jonathan Pitroipa manque de peu d'égaliser en faveur du Stade Rennais. Si tel avait été le cas, l'action aurait scellé le retour en grâce du Burkinabé.

Depuis ses deux passes décisives contre Valenciennes (19 octobre), l'ancien joueur d'Hambourg semble avoir retrouvé un niveau plus conforme à ses qualités. Semble seulement, car il demeure certaines imperfections, comme cette passe inappropriée en direction d'Oliveira, préalable à la Madjer du Portugais face à l'OM.

Sur le podium rouge et noir


Les récentes performances de Pitroipa n'ont en tout cas rien à voir avec celles du début de saison, et plus globalement de l'année civile. Auréolé du titre de meilleur joueur de la CAN en février, l'Etalon (pas italien) avait traversé les mois suivants tel un fantôme. Résultat des courses : un seul but inscrit, aucune passe décisive. La tête ailleurs malgré la confiance de Philippe Montanier (avec Costil et Danzé, il est le seul Rennais à avoir participé à toutes les rencontres de championnat), l'attaquant ne devait pas faire de vieux os en Bretagne. Annoncé avec insistance au Qatar, Pitroipa est finalement resté. Ce qui permet aujourd'hui au SRFC de compter dans ses rangs l'un des prétendants au titre de « Footballeur africain de l'année », décerné par la BBC [voir encadré]. Une récompense pour celui dont le côté « hyper professionnel » a toujours été loué par son coach. A défaut d'être hyper efficace…

■ Avec Touré et PEA

Outre Pitroipa, quatre joueurs sont en lice afin de succéder au Zambien Christopher Katongo : Yaya Touré, Pierre-Emerick Aubameyang, John Obi Mikel et Victor Moses. Le nom du lauréat sera levé le 2 décembre.