Montanier n'en fait pas une montagne

Jeremy Goujon

— 

Montanier, pas plus craintif que ça.
Montanier, pas plus craintif que ça. — D. Meyer / AFP

Quel est le point commun entre le PSG, Monaco et Bastia ? Si le club corse ne boxe pas dans la même catégorie, il rivalise en revanche dans un domaine avec les deux poids lourds de la Ligue 1. En l'occurrence, l'invincibilité à domicile. Intraitable à Furiani, le Sporting s'appuie sur une solide colonne vertébrale. « Avec Khazri devant, Boudebouz au milieu, Squillaci derrière, Landreau dans les buts, ils ont du poids, de l'expérience et de la qualité technique », constate Philippe Montanier.

En connaissance de cause


L'entraîneur du Stade Rennais, en visite sur l'île de Beauté, samedi (20 h), a beau faire dans l'éloge, il sait pertinemment que la mission ne s'annonce pas impossible. « Furiani est un terrain difficile, mais pas inaccessible, car Rennes était venu nous battre cette année-là. » Comprendre lors de la saison 2001-2002, quand Montanier était l'adjoint de Robert Nouzaret sur le banc bastiais. Depuis, le SRFC a récidivé. C'était le 20 janvier 2013… sur terrain neutre (0-2, à Gueugnon). Quid du changement de contexte ? « Ce que je crains le plus, c'est l'équipe, et non pas le public. » Dont acte.