Un trésor révélé au scalpel

Camille Allain
— 
A Châteaugiron, Géraldine et son équipe ont mis au jour des peintures rares.
A Châteaugiron, Géraldine et son équipe ont mis au jour des peintures rares. — C. Allain/APEI/20 Minutes


«On se doutait qu'il y avait des choses derrière, mais sans savoir à quoi s'attendre. La Bretagne a souvent été le parent pauvre de la peinture médiévale. Des œuvres d'une telle qualité, il y en a peu dans la région ». Restauratrice, Géraldine Fray travaille depuis plusieurs mois au cœur de la chapelle du château de Châteaugiron. Aidée par son équipe d'une dizaine de personnes, elle a minutieusement nettoyé les murs de l'édifice datant de 1184 pour mettre au jour des peintures datant pour les plus anciennes du XIIe siècle. « Nous avons dû enlever les décors du XIXe siècle et retirer toutes les couches de badigeon (enduit) au scalpel. On en comptait parfois une dizaine, probablement suite à des dégâts successifs », poursuit la jeune femme.



Ancienne salle de cinéma



Plus ancien édifice du château, la chapelle retrouve doucement sa splendeur d'origine, après avoir été transformée en cinéma de 1927 à 1978. « Il a fallu démonter les blocs de béton de la cabine et de l'estrade », rappelle Henry Masson, conservateur à la Direction régionale des affaires culturelles. Elle laisse aujourd'hui apparaître des reproductions d'enluminures rares et des scènes religieuses jusqu'ici restées cachées.

■ Chapelle culturelle

A l'issue des travaux de rénovation, la chapelle sera transformée en équipement culturel « capable d'accueillir des expositions,  des concerts et conférences »,  selon la maire Françoise Gatel.