Oliveira est passé par tous les états

Jeremy Goujon

— 

Oliveira et sa talonnade inefficace.
Oliveira et sa talonnade inefficace. — D. Meyer / AFP

«Un manque de respect  » (Franck Sauzée). Une mine envoyée sous la barre. Un penalty détourné par le gardien marseillais. A défaut de livrer une grande partie face à l'OM (1-1), Nélson Oliveira s'est encore mis en évidence, samedi. D'abord en ratant un but tout fait dès la 1re minute de jeu. La Madjer du Portugais, à quelques centimètres de la ligne, échoue sur le poteau (après déviation d'un défenseur). Et fait sortir de ses gonds l'ex-Olympien devenu consultant sur Canal+.

Pas du genre à gamberger, Oliveira se rattrape d'un superbe tir à l'entrée de la surface (1-0, 9e). Sur le podium des meilleurs buteurs de Ligue 1 à cet instant, la recrue estivale pourrait rejoindre Falcao, mais Mandanda en décide autrement (74e). Pas de 3e doublé, donc, pour le joueur prêté par Benfica (après Evian et Toulouse). Avec sept réalisations au bout de douze journées, il marche cependant sur les pas d'Alexander Frei. Il faut en effet remonter au cru 2004-2005 pour voir un Rouge et Noir aussi prolifique à ce stade de la compétition. Le Suisse avait ensuite terminé meilleur scoreur de L1 (20 buts). A Rennes, on signerait volontiers pour le même épilogue.