Un Genty remède contre l'ennui

Jeremy Goujon

— 

Les poings rageurs, Yann Genty sait faire le spectacle tout en étant efficace.
Les poings rageurs, Yann Genty sait faire le spectacle tout en étant efficace. — P. Riou / Cesson-Rennes Métropole HB

Il est actuellement le meilleur portier de LNH, avec 75 arrêts en cinq matchs. Lui, c'est Yann Genty. A 31 ans, le Cessonnais n'a sans doute jamais autant frappé à la porte de l'équipe de France. D'ailleurs, quand on demande à ses coéquipiers s'il mériterait d'avoir sa chance en Bleu, ceux-ci acquiescent. « Vu ce qu'il montre, oui. Il fait ses preuves sur le terrain, déclare Léo Le Boulaire. Après, c'est un gardien atypique, ça peut diviser. »

Des partenaires scotchés


Showman invétéré, l'ancien Istréen est un adepte des passes laser et autres sorties kamikazes, n'hésitant pas à intercepter la balle dans le rond central pour aller marquer un but (il l'a fait à Nîmes, le 20 septembre). Une attitude qui continue d'impressionner le jeune pivot Romaric Guillo. « Tu es sur le banc, tu es prêt à entrer en défense, et il passe juste devant toi, en prenant le ballon. Tu restes un peu sur le cul (sic). Mais s'il le fait, c'est qu'il est sûr. » Roi des prévisions, au risque de percuter un adversaire (ce qui équivaudrait à un rouge direct), Genty « regarde beaucoup les vidéos », selon l'entraîneur David Christmann.

« Il analyse les habitudes des gardiens. Il y en a beaucoup qui relancent toujours du même côté, ou derrière la ligne médiane. Ça, une fois que tu le sais, tu peux anticiper. Yann est très bon là-dessus. Du coup, ça lui permet de récupérer quelques ballons de contre-attaque, et de nous faire du bien. » Au fait, un certain Thierry Omeyer s'est sérieusement blessé, cette semaine (coude gauche). Absent trois mois, le Montpelliérain libère malgré lui une place en sélection, notamment en vue de l'Euro (du 14 au 26 janvier 2014). Le malheur des uns fera-t-il le bonheur des autres ?

■ Saint-Raphaël, un autre (très) gros morceau

Valeure sûre de la D1 (toujours dans le Top 6 ces six dernières saisons), Saint-Raphaël se présente ce soir à la Valette (20 h 45), fort de sa 3e place. Un rang que devraient (au minimum) conserver les Varois, aux dires de Christmann. «Je les ai mis sur le podium, avec Paris et Montpellier. On a pris une volée contre eux au Challenge Caraty [33-24, au mois d'août]. C'est une très belle équipe. Mais en championnat, les matchs sont en général assez accrochés.»