Rennes réalise un festival

Volley La formation de Boris Grebennikov a étrillé l'AS Cannes (3-0) mardi soir

Jeremy Goujon

— 

Alexis González (en blanc), Mišeikis et consorts ont su enflammer la salle.
Alexis González (en blanc), Mišeikis et consorts ont su enflammer la salle. — S. Marroux / Rennes Volley 35

 

Une forte impression. C'est ce qu'ont dégagée les Rennais, mardi soir, face au deuxième plus gros budget du championnat. Vainqueurs en trois petits sets (25-19, 25-14, 25-21), ils n'auront jamais douté, si ce n'est quelques secondes. Alors que la foule était partie se rassasier, mi-temps oblige, une incompréhension entre Bazin et Arvydas Mišeikis permettait aux Cannois de mener 0-2 à l'entame de la troisième manche. L'unique moment de flottement dans une partie maîtrisée de bout de bout.

« J'ai senti que les joueurs œuvraient pour la gloire du drapeau breton, s'extasiait Boris Grebennikov. C'était notre première rencontre à la maison, et si les gens veulent voir du spectacle, ils savent où venir. » Se battant sur tous les ballons (ce qui tranche déjà avec la saison dernière), les partenaires de Sébastien Frangolacci ont notamment offert un point d'anthologie à leur public (à 22-18 dans le premier set). Un échange conclu au block par le Bulgare Metodi Ananiev, impeccable dans ce domaine (quatre au total). Avec la force de frappe de Mišeikis (18 points), ce fut l'élément déterminant d'une équipe bouclant sa semaine de trois matchs, avec un joli pécule de sept unités. « Je ne m'y attendais pas », confessait le coach. Divine surprise.

 

■ Lyon ce week-end

Après deux journées de suite hors de ses bases, Rennes va enchaîner une deuxième réception d'affilée. L'ASUL Lyon, le promu tombeur de Tours en ouverture, sera à Colette-Besson dimanche après-midi (17h).