Le passage en voie d'être supprimé

Jérôme Gicquel

— 

La collision entre le TER et la camion avait eu lieu le 12 octobre 2011, à 17 h 17.
La collision entre le TER et la camion avait eu lieu le 12 octobre 2011, à 17 h 17. — J. Gicquel / APEI / 20 Minutes / Archives

A Saint-Médard-sur-Ille, le drame est encore dans tous les esprits. Deux ans après la collision entre un TER et un poids lourd, qui avait fait trois morts et plusieurs dizaines de blessés, une cérémonie était organisée samedi devant la stèle érigée en hommage aux victimes. Outre l'erreur humaine du chauffeur du camion, qui avait tenté de forcer le passage alors que les barrières du passage à niveau se refermaient, la sécurité des lieux avait également été pointée du doigt à l'époque. Depuis, le ministère des Transports a classé le passage à niveau comme prioritaire et des aménagements ont été entrepris. « La route a été élargie et un radar de franchissement a été installé. La maison de garde-barrière va également être détruite pour laisser place à un parking pour les usagers du train », détaille Xavier Rhoné, directeur régional de Réseau Ferré de France (RFF).

Aucune date précise


Ce n'est pas suffisant pour le syndicat Sud-Rail, qui réclame la suppression pure et simple de ce passage à niveau. « Il y a eu des améliorations mais ce passage à niveau reste toujours dangereux. Quand ils arrivent de Rennes, les conducteurs de train ne voient rien », témoigne Corentin Lampriere de Sud-Rail, qui réclame « un calendrier pour le supprimer ». Une demande qui serait finalement en passe d'aboutir. « La réflexion sur la suppression du passage à niveau est engagée. Une convention de financement des études a d'ailleurs été signée avec la région et le conseil général cet été », souligne Xavier Rhoné. « L'idée serait de mettre en impasse les deux côtés de la route et de créer un nouveau passage pour les piétons et les cycles », détaille le direction régional de RFF, qui se garde toutefois de donner une date précise. La question de la sécurité des lieux devrait une nouvelle fois être au cœur des débats à l'occasion du procès du chauffeur routier qui devrait être jugé pour « homicides et blessures involontaires » avant la fin de l'année ou au premier semestre 2014 devant le tribunal correctionnel de Rennes.

■ Des priorités

Deux autres passages à niveau sont classés comme prioritaires dans le département : celui de Maison Blanche à Saint-Grégoire et celui du boulevard Marbœuf à Rennes. Ils pourraient aussi être supprimés.