Ils ne veulent pas y couper

Jeremy Goujon

— 

Benoît Doré, meilleur marqueur de Cesson depuis le début de la saison.
Benoît Doré, meilleur marqueur de Cesson depuis le début de la saison. — P. Riou / Cesson Rennes Métropole HB

Entre Cesson et la Coupe de la Ligue, l'histoire d'amour tourne généralement court [voir encadré]. Quart de finalistes lors de la saison 2009-2010 (élimination à Saint-Raphaël, 35-26), les Irréductibles voudraient enfin savoir à quoi ressemble le Final Four. Pour cela, il leur « suffit » de gagner deux matchs, comme le souligne l'entraîneur David Christmann. Ne concernant que les escouades de LNH, la compétition débute en effet dès les 8es de finale.

Assuré de jouer à domicile grâce à la 7e place acquise en juin, le club breton démarre sa campagne par la réception d'Ivry (ce soir, 20 h 45), l'une des deux formations (avec Dijon) nanties d'un zéro pointé en championnat (trois défaites en autant de journées).

Tributaires du tirage


« Ce serait bien d'aller en demie. Sélestat l'a fait la saison dernière, après ça dépend du tirage. Si au prochain tour, tu vas à Montpellier, Paris ou Dunkerque, c'est difficile. Si tu reçois une équipe qui joue dans ta zone de classement, c'est possible. » A condition aussi de pouvoir compter sur toutes ses forces vives, ce qui n'est pas le cas actuellement à Cesson. « On est l'équipe de première division avec le moins de pros. Et quand tu as un blessé parmi tes treize pros [Jérémy Suty, double fracture de la clavicule], et que tu es obligé d'enchaîner trois matchs en une semaine (suivront Nantes dimanche, et Montpellier le 10 octobre) sans pouvoir bien t'entraîner, à cause du voyage, c'est compliqué. On tire sur les mêmes joueurs, tout le temps. On n'a pas de rotation. »

Une donnée qui ne coupe pas au coach « l'envie de briller » dans les deux épreuves prioritaires à ses yeux. Pour la D1, rendez-vous est pris ce week-end. Pour la Coupe de la Ligue, c'est maintenant que ça se passe.

■ Eviter la passe de 4

Ces trois dernières saisons, Cesson n'a jamais franchi le 1er tour de la Coupe de la Ligue. En 2010, le club s'était incliné sur deux matchs face à Paris (51-50), avant de chuter par deux fois à Toulouse (2011 et 2012).