Le directeur du centre des PV à l'amende

— 

Directeur de l'Agence nationale de traitement automatisé des infractions (basée à Rennes), Jean-Jacques Debacq a-t-il fait payer par son administration ses contraventions routières ? C'est en tout cas ce qu'affirme le site Mediapart qui a dénombré « une douzaine de contraventions » pour la Peugeot 508 de fonction du directeur, « soit près de 700 € ». Selon Mediapart, l'ancien préfet de l'Orne aurait également échappé aux pertes de points sur son permis de conduire. En poste à l'agence de traitement des infractions depuis 2011, Jean-Jacques Debacq a confié à la chaîne i-Télé qu'il « n'avait rien fait d'illégal ». Le ministère de l'Intérieur a annoncé l'ouverture d'une enquête confiée à l'inspection générale de l'administration. « Les faits rapportés sont graves », juge un porte-parole du ministère. C. A.