Prime à l'audace au REC

Jeremy Goujon

— 

Le 3e ligne Lilian Caillet (ex-Vienne).
Le 3e ligne Lilian Caillet (ex-Vienne). — REC Rugby

Sauvé de justesse en Fédérale 2, le Rennes Etudiants Club repart avec des ambitions mesurées. Mais l'équipe coachée par Guillaume Comméat et Xavier Perron ne s'interdit pas de « créer la surprise »…

Un mix jeunesse-expérience. Sur les onze recrues (pour cinq départs), sept d'entre elles ont 23 ans ou moins. « Des jeunes à gros potentiel, qui n'intégreront pas forcément l'équipe première tout de suite, fait remarquer Xavier Perron. » A contrario, certains sont censés « apporter une plus-value » à court terme. A commencer par le troisième ligne centre Lilian Caillet (25 ans), en provenance de Vienne (Fédérale 1), ou encore l'ailier-arrière Erwan Le Calvez (27 ans, ex-Clamart), « l'un des meilleurs marqueurs d'essai de la Fédérale 2 ».

Un projet socio-professionnel. Si le REC n'a pas investi « à coups de millions », de gros efforts ont néanmoins été consentis. Cela s'est traduit par la détection d'un travail et d'un logement pour chaque joueur, et le cas échéant, pour la conjointe. « Il faut savoir être efficaces, admet Perron. Notre recrutement diffère un peu des autres clubs de la poule, car nous restons dans le domaine amateur. » En retour, le staff attend de la part des nouveaux venus, une adhésion à l'état d'esprit de l'équipe.

Un championnat très relevé. La prudence est de mise côté breton, au regard du pedigree de la poule 2. « Il y a Niort, qui descend de Fédérale 1, mais n'a rien perdu de son effectif. Angoulême et ses 26 contrats pros, et puis Suresnes, qui a refusé la montée l'an dernier. Ça fait déjà trois prétendants. » Sans compter les non moins ambitieux Nantes, Tours, Maisons-Laffitte et Orsay. Du coup, l'objectif premier est simple. « On veut assurer le maintien le plus vite possible. On ne sera pas du tout attendus. »

■ Du lourd à l'entame

Les Rennais sauront d'emblée à quoi s'attendre, puisqu'ils iront défier le Stade Niortais lors de la 1re journée (dimanche, 15 h). Avant d'enchaîner par un 2e déplacement d'affilée, à Tours, le 22 septembre.