La Mabilais revient à la vie

Camille Allain

— 

Comme le quartier Colombier, la Mabilais a été pensée par Louis Arretche.
Comme le quartier Colombier, la Mabilais a été pensée par Louis Arretche. — C. Allain/APEI/20 Minutes

Abandonné en 2008 par France Télécom et vendu il y a trois ans au groupe Legendre, l'immeuble de la Mabilais reprend doucement des couleurs. Depuis une semaine, les 80 salariés du cabinet d'avocats d'affaires Fidal ont pris leurs quartiers dans l'immeuble datant de 1979, encore en chantier. « C'est une petite fierté d'arriver les premiers. On a déjà l'impression d'être installés depuis longtemps », lâche Hervé Orhan. Le directeur régional de Fidal a installé son bureau au septième étage avec une vue imprenable sur la ville. « Avant le coup de cœur, c'est d'abord la commodité de l'immeuble qui nous a séduits », poursuit l'avocat. La proximité de la future ligne de métro, de la cité judiciaire, de la gare et les nombreuses places de parking ont convaincu Fidal d'investir dans le projet NewWay Mabilais. Aucun des sites visités à la Courrouze ou Gare Sud ne leur offrait autant d'atouts. « Nous recherchions des locaux proches du centre-ville. C'est compliqué quand on a besoin d'une grande surface », explique le directeur adjoint Alain-François Chéneau. Fidal occupe actuellement 2 100 des 16 000 m² de surface disponible.

Régionsjob arrive aussi


En plus de Fidal, deux autres groupes ont déjà validé leur billet d'entrée à la Mabilais : Régionsjob, qui emménagera en janvier et Infotel, société de services en ingénierie informatique. Un tiers de la surface sera occupé début 2014 et de nombreuses négociations sont en cours. « Les discussions vont bon train mais les dossiers prennent du temps car le contexte est difficile. Le bâtiment est plus séduisant aujourd'hui car les travaux s'achèvent », assure Albin Lelièvre, directeur du programme au sein du groupe Legendre. Compte tenu de sa taille, NewWay Mabilais donne encore l'impression d'un bâtiment fantôme, que seuls le bruit des travaux et les allers et venues des avocats viennent perturber. Seul occupant, le cabinet Fidal sait que la situation ne va pas durer. « Avec l'arrivée du métro, je pense que la Mabilais deviendra le phare économique de Rennes », assure Hervé Orhan.

■ Mise en lumière

Pour fêter la livraison prochaine du bâtiment, le groupe Legendre a fait appel à l'artiste Bruno Peinado, qui inaugurera son installation lumineuse et picturale le 3 octobre, à la tombée de la nuit.