Emerson veut se relancer

Jeremy Goujon

— 

Emerson, ici sous le maillot lillois.
Emerson, ici sous le maillot lillois. — P. Huguen / AFP

Le mercato aura permis au Stade Rennais de rééquilibrer la balance en terme de latéraux. Parti avec cinq défenseurs droits (Théophile-Catherine, Jebbour, Foulquier, Moreira et Danzé), le club breton n'en compte aujourd'hui plus que deux, dont un sur le flanc pour quelque temps (Steven Moreira souffre d'une déchirure aux ischio-jambiers de la cuisse gauche). « C'est embêtant, reconnaît Philippe Montanier. Mais cela peut arriver à n'importe quel poste. On l'a vu en défense centrale ces dernières semaines, avec trois blessés sur quatre. »

Retrouvailles avec Buisine


Dans l'axe, l'entraîneur pourra éventuellement compter sur Emerson. De retour en Ligue 1 après un passage au Portugal (Benfica) et en Turquie (Trabzonspor), l'ex-Lillois affiche sa polyvalence. « Je joue arrière gauche, mais je peux aussi jouer en défense centrale. Il n'y a pas de problème, mais c'est le coach qui fera ses choix. » Un coach qui loue d'emblée l'état d'esprit du champion de France 2011, malgré la rude concurrence qui se profile à son poste de prédilection, avec la présence de Cheikh M'Bengue. « Il nous a dit qu'il sentait bien le club, et qu'il était motivé. Il n'a pourtant signé qu'une année. »

A 27 ans, le Pauliste n'a qu'un seul objectif, « (se) relancer », lui dont l'expérience en Süper Lig turque l'a un peu laissé sur sa faim. « J'ai joué, mais pas beaucoup [17 journées sur 34]. A Trabzon, ils m'ont dit qu'ils ne comptaient pas sur moi cette saison, et que je pouvais rompre mon contrat sans problème [il était lié jusqu'en 2015]. » L'ayant déjà fait venir du Brésil à l'époque lilloise, Jean-Luc Buisine a sauté sur l'occasion. Emerson aussi. « A Rennes, il y a une bonne mentalité. Tout est très sérieux. Je vais faire mon boulot en pensant au collectif. »

■ Supporters en colère

La programmation du derby face à Nantes un dimanche après-midi, ne fait pas que des heureux parmi les fans rennais. Certains parlent de «scandale», eu égard au foot amateur prévu au même moment.