Rennes a aimé le mercato

Jeremy Goujon

— 

De Saint-Sernin et Montanier, tout sourire avec Kadir (en blanc) et Emerson.
De Saint-Sernin et Montanier, tout sourire avec Kadir (en blanc) et Emerson. — J. Goujon / C Sport / 20 Minutes

Mission accomplie. En dégraissant massivement (seize départs) et en accueillant seulement sept nouvelles têtes, le Stade Rennais a sensiblement restreint son effectif. C'est ce que désiraient Frédéric de Saint-Sernin et le staff technique, à propos duquel le président ne tarit pas d'éloges. « Depuis qu'ils [Philippe Montanier et Michel Troin, son adjoint] sont là, c'est la bonne pioche. » Financièrement parlant, les Rouge et Noir ont également bien manœuvré. Des six joueurs recrutés, seul Cheikh M'Bengue représente un transfert sec (Armand et Emerson étaient libres ; Oliveira, Kadir et Romero sont prêtés).

Du talent, mais pas que


Au final, cela donne un contingent de vingt-six éléments, ou plutôt vingt-cinq, puisque Montanier l'a dit et répété : il ne compte pas sur Apam, cette saison. Tous les postes étant doublés, chance sera donnée aux jeunes. Les Hountondji, Bakayoko, Hunou, Saïd et Allée se sont d'ailleurs entretenus en aparté avec l'entraîneur, mardi. Lequel s'est assuré du bon état d'esprit de chacun, une qualité que possèdent aussi les derniers arrivants. « Outre leurs aptitudes, ils avaient une grosse envie de venir. Sur le papier, c'est bien », conclut le coach. Reste à passer de la théorie à la pratique.

■ Kadir revanchard

S'il ne l'a pas avoué explicitement, le meneur franco-algérien Foued Kadir a déjà hâte de retrouver l'OM. « Ça a été difficile là-bas, car j'ai peu joué. Le jour où on les jouera, je montrerai que j'ai le niveau. »