L'orchestre de Bretagne prend ses grands airs

Camille Allain

— 

Marc Feldman dirige l'orchestre.
Marc Feldman dirige l'orchestre. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Cette semaine, la halle du Triangle va résonner aux sons des violons, clarinettes et bassons. Jusqu'à vendredi, l'orchestre symphonique de Bretagne y prend ses quartiers à l'occasion de son festival, désormais baptisé Grand Air. Organisés depuis une vingtaine d'années à la fin de l'été, les concerts en plein air ont pour but d'attirer un public différent. « C'est un moment qui marque le début de notre saison. Il est attendu par nos musiciens, mais aussi par le public. Malheureusement, il y a des gens qu'on ne voit qu'à cette occasion », lâche Marc Feldman, administrateur de l'orchestre. L'an passé, 13 000 personnes avaient assisté aux représentations de la formation symphonique.

« Une fausse image »


Depuis sa prise de fonction il y a deux ans, l'administrateur milite pour démocratiser son orchestre. « Jouer gratuitement dans ce quartier, c'est très important pour nous. Ça facilite l'approche de la musique classique. On voit des familles, des gens qui ne viennent jamais à l'opéra ou au TNB. Beaucoup me disent que ces endroits ne sont pas faits pour eux. C'est dommage », regrette Marc Feldman. Pour tenter d'attirer un public plus large, l'orchestre a donc revu ses gammes et élargi son champ musical en mêlant jazz, musique du monde ou ciné-concert. « On a souvent une fausse image de la musique classique, un côté intimidant où l'on pense qu'il faut être connaisseur. Changer cela nous prendra du temps », conclut l'administrateur. L'orchestre a quelques jours pour tenter d'y parvenir.

■ Jusqu'à vendredi

Débutés lundi, les concerts ont lieu au Triangle jusqu'à vendredi. Ce soir, deux séances de ciné-concert autour d'un film de Chaplin (réservation au 02 99 27 52 75). Tous les spectacles sont gratuits.