Les parents s'impatientent

Camille Allain

— 

La rentrée inquiète déjà les parents.
La rentrée inquiète déjà les parents. — C. Allain/APEI/20 Minutes

Alors que leurs petits attendent les vacances avec impatience, certains parents d'élèves s'inquiètent déjà de la prochaine rentrée et de la mise en place de la semaine de quatre jours et demi. « On connaît les horaires qui seront appliqués mais c'est tout. On n'a pas de visibilité, sur les activités qui seront mises en place. On sent un flou sur le calendrier », regrette Stéphane Dupoux, délégué de parents d'élèves à l'école Louise-Michel. Avec d'autres parents, il a décidé de créer un site permettant aux familles de communiquer à l'approche des grandes vacances. « On a le sentiment que rien n'est prêt et qu'il reste encore beaucoup de questions. On ne veut pas essuyer les plâtres car ce sont nos enfants qui vont le subir », poursuit ce père d'un élève.

Réponse début juillet


De son côté, la municipalité assure que « les élus et services de la ville y travaillent au quotidien et apporteront toutes les réponses nécessaires début juillet ». Pour les parents, c'est surtout la pause du midi qui pose question. « On ne sait pas si les enfants qui ne mangent pas à la cantine pourront participer à ces activités et combien cela coûtera aux parents. Ceux qui travaillent ne peuvent pas s'organiser avec leur employeur car ils ne sont pas informés », rapporte François Cordeau, délégué de parents d'élèves à Léon-Grimault. Des réunions ont eu lieu dans toutes les écoles mais les dossiers n'avancent pas tous au même rythme. « La préparation de la prochaine rentrée scolaire se fait établissement par établissement. Cette approche nécessite de faire du»cousu-main«, afin de prendre en compte les spécificités de chaque école, notamment en terme d'ateliers », justifie la municipalité. En septembre, les 81 écoles primaires publiques rennaises auront école le mercredi.

■ Pas dans le privé

Si toutes les écoles publiques passent à la semaine de 4 jours et demi en septembre, la direction diocésaine de l'enseignement catholique a décidé de reporter l'application de la réforme à 2014.