Vendredi tout est permis

Camille Allain

— 

Comme partout en France, Rennes s'endormira ce soir au son des guitares pas toujours bien accordées. Lancée en 1982 par Jack Lang, la Fête de la musique animera cette nuit les terrasses des cafés et les trottoirs exceptionnellement agités par près de 1 000 artistes. « Les musiciens peuvent s'installer où ils veulent, qu'ils soient confirmés ou non. C'est ça le charme de cette fête », insiste René Jouquand, adjoint en charge de la culture. A Rennes, on évite donc les noms ronflants pour privilégier l'amateurisme, même si la ville impose une petite sélection pour jouer sur ses scènes. « Nous avons reçu une centaine de maquettes, mais on ne peut pas répondre positivement à tous. Nous en avons choisi 38 et le Crij 19 », détaille Virginie Le Sénéchal, membre de la direction de la culture. Un minimum de bouteille est donc requis. « Le but, ce n'est pas de mettre une jeune formation en difficulté en la faisant jouer devant 3 000 personnes », poursuit Virginie Le Sénéchal. Tous bénévoles, les groupes ne sont programmés qu'une seule fois. On pourra tout de même voir un ancien d'X-Makeena dans La Rose Noire, ou la prometteuse Ladylike Lily sur la scène du Oan's Pub. Et pour ceux qui auraient oublié leur instrument, un piano libre-service sera installé rue du Griffon.

■ Métro toute la nuit

Pour accompagner les fêtards, le Star adapte ses horaires ce soir. Le métro circulera toute la nuit et les lignes de bus de 1 à 9 seront prolongées jusqu'à 2 h. Les bus seront déviés dans le centre-ville.