Heulot inquiet pour l'avenir du vélo breton

— 

Alors que les championnats de France s'ouvrent ce jeudi à Lannilis (Finistère), Stéphane Heulot fait part de ses doutes quant à la pérennité de la discipline dans sa région. Celle pourtant considérée, de tout temps, comme terre du vélo par excellence. « Faire venir des jeunes, ce n'est pas simple, c'est un sport difficile. Aujourd'hui, beaucoup de courses disparaissent. On oublie souvent qu'il faut de la protection. La première préoccupation des parents, c'est la sécurité de leurs enfants. Et en grande majorité, on est très loin du professionnalisme du Tour de France », assène le manager du team Sojasun. Trop lourdes à porter, les responsabilités font ainsi fuir des clubs « les bénévoles, les repreneurs, les dirigeants », effrayés par des « conditions drastiques d'organisation ». Dans la pratique, le tableau n'est pas plus réjouissant. « Beaucoup d'anciens reprennent le vélo, mais ils n'apportent pas forcément à ceux qui débutent. » A bon entendeur... J.G.