Cesson vide ses cartons en ligne

Camille Allain

— 

no credit

«Vends tracteur Ford de 1968. Mise à prix : 250 €.» Ce lundi, la commune de Cesson-Sévigné participera à sa deuxième vente aux enchères sur le web. Objectif : vider ses entrepôts. « On recycle le matériel réformé en le vendant à petit prix. Ça nous permet de faire de la place dans nos entrepôts et d'offrir une seconde vie au matériel », explique Jacques Le Lijour, directeur des services de la ville. L'an dernier, Cesson avait mis en vente 146 articles et récolté 8 500 € pour l'ensemble. « On ne s'attendait pas à ce que ça fonctionne aussi bien », admet le directeur.

Les chevaux de la police


Comme Cesson, de nombreuses communes du département se sont inscrites sur le site brestois Webencheres (lire encadré). « On ne fait pas ça pour l'argent mais pour recycler notre matériel intelligemment. Plutôt que de jeter à la poubelle comme avant, on préfère que ça serve à des particuliers », estime Gilles Garry, directeur des services à Saint-Jacques-de-la-Lande. L'an dernier, pour sa première vente, la commune avait surtout bradé son matériel d'espaces verts. « On en prépare une autre pour juillet ou septembre et on souhaiterait que ce soit plus diversifié. On a du matériel de puériculture, des paniers de basket… », poursuit le directeur. En plus de son tracteur de 1968, Cesson prévoit de se séparer de certains monuments funéraires « dont le marbre intéresse les cuisinistes », de bureaux d'écoliers, de vieux ordinateurs et même d'un petit camion benne. Avant eux, Brest avait déjà vendu l'ancienne Peugeot 607 du maire. Plus récemment, ce sont les anciens chevaux de la police montée qui ont été mis aux enchères. « Bon état général », dit l'annonce.