Christmann en a marre et le fait clairement savoir

Jeremy Goujon

— 

David Christmann encourage les collectivités à lui donner un coup de main.
David Christmann encourage les collectivités à lui donner un coup de main. — D. Meyer / AFP

David Christmann a les traits tirés. Usé par la saison en cours, l'entraîneur cessonnais fait des heures supp' en préparant le prochain exercice. « Je passe mon temps à regarder des vidéos pour bien choisir les nouveaux joueurs. Si on avait un peu plus de budget, le recrutement serait déjà bouclé. » L'argent, LE nerf de la guerre. Avant-dernier portefeuille de LNH (1, 8 million d'euros), Cesson retrouvera bientôt son statut de lanterne rouge dans ce domaine, avec la descente de Billère. Ce qui a le don d'agacer profondément le coach. « Si on fait la moyenne des subventions allouées par les collectivités aux clubs de D1, c'est sûr qu'on n'est pas assez suivis. Pourquoi n'a-t-on pas réussi à garder Romain Ternel ? Ce n'est pas pour des raisons sportives, puisqu'il va à Tremblay… »

Alors, Christmann en a « ras-le-bol ». Marre de « se taper quatorze heures de bus pour aller à Sélestat ». Marre d'avoir « les mains dans la m…. toute l'année ». Marre aussi d'entendre le mot « crise. Ça fait dix-sept ans que je suis ici, et ça fait dix-sept ans que je la vis. Il faut arrêter de nous prendre pour des cons. » Le cri d'alarme se veut rentre-dedans. Sorte de miracle permanent (en 2009, l'équipe était déjà montée avec le 10e budget de D2), Cesson craint à moyen (court ?) terme pour sa survie. Une communauté d'agglomération (Rennes Métropole) frileuse, l'absence d'un gros partenaire – « Il y a en a pourtant un à côté du Palais des Sports (Samsic) » –, une enceinte qui tarde à être rénovée : les motifs d'inquiétude ne manquent pas. « J'ai parfois l'impression qu'on se prostitue pour notre passion », ose enfin le technicien. Qui ne tient pas à lâcher l'affaire. « Si j'avais voulu partir, je serais parti depuis longtemps. Je suis là depuis le début de l'aventure, et je n'ai pas envie de la quitter. »